Tellement de déceptions ces derniers temps :

- ma famille : qui fait comme si... et qui ne demande pas comment je vais...

- Lui : pas la peine de revenir sur le sujet.
Il fait de gros efforts, tente de me prouver que... mais la confiance n'est plus là et l'amour, je ne sais pas.

- ma belle-soeur : elle ne va pas bien depuis 3 ans, nous l'avons découvert il y a peu.
Suivi psy, médocs, alcool... elle a bien caché son jeu.
J'ai pensé que je pourrais discuter avec elle mais elle va trop mal. Son couple également.

- une de mes deux meilleures amies : ce que je soupçonnais était vrai.
Elle vient d'annoncer à son mari qu'elle le trompait. Il va mal. Je sais ce qu'il traverse.
Je la hais de lui faire subir ce que j'ai subi.
Je la déteste de m'avoir "consolée" alors qu'elle faisait la même chose. En toute connaissance de cause puisqu'elle voyait bien ma douleur.
Comment peut-on être égoïste à ce point ?
Madame pensait que ça se passerait mieux, qu'il accepterait de cohabiter pour les enfants, qu'il se battrait pour la reconquérir.
Du coup, elle est déstabilisée.
Et puis quoi ?
Je suis censée la consoler ? Lui dire qu'avoir déjà réfléchi à la future chambre de ses enfants dans la maison de son nouveau mec, c'est pas si grave ?
Je ne peux pas.
J'ai fait la morte pendant quelques jours. Elle ne comprend pas mon silence.
Putain, est-ce si dur à comprendre ?!
J'ai beau me dire que la vie est trop courte pour garder rancune.
J'ai peur que notre amitié soit brisée.
En 1000 morceaux.
Adieu les w-e chez l'une chez l'autre avec tous nos marmousets.
Adieu les soirées "confidences" puisqu'on n'est pas capable de se dire les choses importantes.

J'ai perdu mon insouciance.
J'ai perdu toute confiance.

Et la vie continue... et je me sens seule.